Danse

Compagnie Danses en L'R et Kompani soul city

• TEAT Champ Fleuri

Brice Jean Marie + Cédric Marchais

Duo musclé pour confrontation absurde entre deux grands de ce monde, cette comédie du pouvoir imagine les scènes qui se jouent derrière les portes des puissants   : spectaculairement drôle. Peut-être avez-vous déjà entendu parler du chat de Schrödinger   ? Cette expérience de pensée, dans laquelle on imagine un chat enfermé dans une boite avec un flacon de gaz empoisonné, sert à illustrer l’idée fondamentale de la physique quantique    : tant que le chat reste enfermé dans la boîte, il est possible qu’il soit toujours vivant, mais il est aussi possible que le flacon se soit brisé, et qu’il soit mort. Le chat de Schrödinger est donc d’une certaine manière à la fois mort et vivant.

Brice Jean-Marie et Cédric Marchais se sont amusés avec Éric Languet à transposer ce principe aux antichambres du pouvoir où les grands de ce monde (ces « chiens ») s’enferment pour nous gouverner tous     : puisqu’on ne voit pas ce qu’ils y font, c’est que tout est possible. En résulte une comédie légèrement absurde à la croisée des chemins entre physique et Voguing où les danseurs explorent toutes les potentialités d’une rencontre entre deux puissances masculines qui se mesurent, se défient, se grimpent dessus. Une danse très physique au service d’une fantaisie politique, entre délire complotiste et satire du pouvoir.

Didier Boutiana Kompani Soul City

Sensation du dernier festival Total Danse, cette création marque une nouvelle étape pour Didier Boutiana, jeune auteur ultra athlétique venu du hip-hop, sur qui reposent aujourd’hui en partie les espoirs de la chorégraphie réunionnaise. Accompagné du dramaturge Vincent Fontano à la mise en scène, ce danseur-chorégraphe athlétique passe ici l’épreuve décisive du premier solo. Il choisit pour l’exercice de retourner aux sources de sa danse très physique, engagée et rythmée, qui tape comme les semelles d’un b-boy sur le bitume des trottoirs. Conçu en partie au contact de jeunes détenus fréquentés lors d’ateliers en centre pénitencier, KANYAR explore les postures et l’histoire de ces durs de la rue. Entre enquête dansée sur une génération et réflexion personnelle sur son propre parcours, Didier Boutiana ouvre une brèche nouvelle dans le paysage chorégraphique de l’océan Indien.

La Réunion / de 8 à 15 € la soirée en deux parties à voir dès 14 ans / durée    : 50 min